Suivant

Par

,

avril 2017

L’auteure commente cette décision dans laquelle la Cour supérieure autorise l’action collective intentée par le demandeur contre Uber.
L’élément le plus intéressant de cette décision est assurément la considération et l’admission par le tribunal d’une preuve par inférence relativement aux dommages subis par les membres du groupe et leur causalité.


Par
décembre 2016

Les auteurs commentent cette décision de la Cour d’appel qui accueille l’appel, infirme le jugement de la Cour supérieure et autorise l’action collective intentée par la requérante. La décision est particulièrement importante, notamment en raison du long obiter de la formation commentant la pertinence – si pertinence il y a toujours – du processus d’autorisation tel qu’on le connaît aujourd’hui.


Par
juillet 2014

Les auteurs commentent cette décision dans laquelle la Cour supérieure confirme qu’une marque de commerce déposée en langue anglaise, sans version française et utilisée dans l’affichage public et la publicité commerciale, ne doit pas être accompagnée d’un terme descriptif de caractère générique en français pour respecter la Charte de la langue française et le Règlement sur la langue du commerce et des affaires.


Par
avril 2014

L’auteur commente cette décision dans laquelle la Cour supérieure a permis la preuve testimoniale du demandeur, qui tentait d’établir l’existence d’un acte juridique non écrit avec son ex-conjointe de fait, en l’occurrence une entente de prête-nom, en se basant sur l’article 2861 du Code civil du Québec, et ce, nonobstant le fait que la valeur du litige excédait 1 500 $.


Par
octobre 2012

L’auteur résume l’état du droit et les principes applicables à la requête pour permission d’interroger le requérant en matière de recours collectif avant l’autorisation. Il examine plus précisément la nouvelle tendance jurisprudentielle qui semble se développer depuis l’arrêt Allstate de la Cour d’appel.